Warning: Declaration of Custom_List_Table::prepare_items($type, $key) should be compatible with WP_List_Table2::prepare_items() in /home/pourmonc/public_html/wp-content/plugins/wp-backlinks/table.php on line 14

Warning: Declaration of Custom_List_Table::get_sortable_columns($columns) should be compatible with WP_List_Table2::get_sortable_columns() in /home/pourmonc/public_html/wp-content/plugins/wp-backlinks/table.php on line 14
Pourquoi faut-il adapter l'alimentation de son chien ?
  • Home  / 
  • Blog
  •  /  Pourquoi faut-il adapter l’alimentation de son chien ?

Pourquoi faut-il adapter l’alimentation de son chien ?

mutuelle chien

Pour assurer la santé, le bien-être et la longévité de votre chien, lui offrir une alimentation de qualité est essentiel. Mais outre la qualité, il faut aussi veiller à l’adapter en fonction de ses particularités, en tenant compte en premier lieu de l’âge de l’animal, ensuite de sa race, son gabarit, son activité physique, son état physiologique, la présence d’affections.

Cet article se propose de vous éclairer sur les raisons qui motivent l’adaptation de l’alimentation du chiot, du chien adulte et du chien âgé et sur la façon d’y parvenir.

Alimentation adaptée au chiot

Avant sevrage

dressage chiotAvant l’âge de six semaines, le lait maternel est l’aliment idéal pour couvrir les besoins du chiot en vitamines, minéraux, glucides, lipides et protides. Si le recours à un lait de substitution est nécessaire, le lait lyophilisé est un choix judicieux (le lait de vache ne convient pas).

Le biberon est alors administré au nouveau-né jusqu’à l’âge de quatre semaines.

À partir de cet âge, il est en mesure de boire dans une soucoupe et c’est à ce moment qu’on ajoute à son menu quotidien des aliments solides. Vers l’âge de huit semaines, il est sevré, son alimentation n’est dès lors constituée que d’aliments solides.

Après sevrage

Si, à l’instar du chien adulte, le chiot nécessite un apport nutritionnel riche en vitamines, minéraux, glucides, lipides, protides, ses besoins sont quelque peu différents. Par exemple, sa croissance osseuse requiert des apports en calcium et en phosphore plus élevés et ses besoins énergétiques par kg sont également supérieurs.

Il faut aussi tenir compte de la courbe de croissance du jeune chien qui n’est pas linéaire : durant les premiers mois, elle est très rapide puis progresse à un rythme plus modéré jusqu’à l’âge adulte. Il est important d’ajuster l’alimentation du chiot en fonction de ces deux phases.

Les aliments de croissance à privilégier

Il est possible d’opter pour une alimentation ménagère pour nourrir le jeune chien. Il faut savoir cependant que ce type d’aliments rend difficile le dosage adéquat des nutriments, ce qui peut entraîner des carences ou des excès et ainsi fragiliser la croissance de l’animal ou favoriser certaines pathologies.

Les aliments industriels de croissance sous forme humide en boîte ou de croquettes chien sont habituellement mieux équilibrés et adaptés aux besoins nutritionnels du chiot.

Alimentation adaptée au chien adulte

Le choix du type d’alimentation du chien adulte doit être orienté en fonction de ses besoins énergétiques et nutritionnels. Elle se présente sous forme d’aliments ménagers et industriels secs ou humides. Les chiens adultes affectionnent particulièrement la nourriture ménagère à base de viande et de féculents (riz, pâtes).

Mais pour assurer à l’animal un apport suffisant en protéines, lipides, glucides, vitamines et minéraux, la nourriture industrielle est à privilégier pour optimiser l’équilibre alimentaire.

Il existe à cet effet des croquettes chien pour tous les types de chiens en fonction de leur morphologie, qui garantissent une saine alimentation.

Alimentation adaptée au chien âgé

Diverses mesures diététiques adaptées peuvent contribuer à prévenir ou à retarder l’apparition de pathologies associées à l’âge du chien sénior. Elles se résument ainsi :

  • Diminuer son apport énergétique pour prévenir entre autres les risques d’obésité.
  • Veiller par contre à conserver l’apport en protéines pour éviter de favoriser la fonte musculaire.
  • Augmenter l’apport en sélénium et en vitamines C et E pour leurs propriétés antioxydants et leur action sur le ralentissement du vieillissement cellulaire.
  • Diminuer l’apport en phosphore dans le but de préserver la fonction rénale.