Chien / Chiot Labrador : prix, caractère & conseils éducation / santé

Chien / Chiot Labrador : prix, caractère & conseils éducation / santé
3.2 (64%) 10 votes

La race de chien du jour : au cinéma comme à la vie, le Labrador traîne une très bonne réputation derrière lui : joueur, sociable, intelligent, doux et facile à vivre, il représente le compagnon de vie idéal pour les petits, comme pour les grands !

L’histoire du Labrador Retriever

Celui que l’on connaît sous le simple nom de « Labrador », se nomme aussi « Labrador retriever » ou même « le Retriever du Labrador ». Mais d’où vient-il donc ?

De l’Amérique du Nord au Royaume-Uni

Ce charmant toutou à la couleur jaune sablé, noire ou bien marron chocolaté, nous vient tout droit du Royaume-Uni, et plus précisément de Terre-Neuve. En effet, l’ancêtre du Labrador ne serait autre que le « Chien de St John », également surnommé « Terre Neuve de Saint John’s ».

C’est aux alentours de 1814 à Terre-Neuve – zone située en Amérique du Nord mais colonisée par les Britanniques à cette époque – que les Anglais, voyant les pêcheurs « employer » les chiens pour ramener les poissons, se sont décidés à rentrer dans leurs contrées lointaines outre-Atlantique en compagnie du quadrupède en question.

L’ancêtre du Labrador fut alors développé sur le territoire canadien, mais également au Royaume-Uni, pour donner naissance des années plus tard à l’espèce que l’on connaît.

Un chien accompagné d’une légende surprenante

Lorsque l’on retrace les origines du Labrador, c’est à une étonnante nouvelle que le chien est rattaché. Une lointaine légende indique que la naissance de ce fameux toutou serait due au croisement entre un chien Terre-Neuve – le « Chien de St John » – et… Une loutre ! L’hypothèse est née après une fine observation du chien, qui aurait permis le rapprochement entre les deux animaux d’espèces différentes.

En effet, le Labrador dispose d’un poil à l’aspect assez gras et la texture imperméable, en plus de sa queue qu’il semble utiliser comme gouvernail, à l’instar de la loutre. De plus, les membranes qui se situent entre les coussinets seraient plus prononcées chez le Labrador, en comparaison aux autres races, ce qui lui ferait des sortes de « pattes palmées ».

Ainsi, si le Retriever du Labrador est un bien meilleur nageur que tous les autres chiens, ce serait peut-être grâce à ses potentiels surprenants ancêtres !

Sa fiche d’identité

L’une des races les plus répandues

Classé dans la section 1 – regroupant les chiens rapporteurs de gibier – du groupe 8 – réunissant les chiens rapporteurs de gibier mais aussi les chiens leveurs de gibier et les chiens d’eau – le Labrador jouit d’une formidable image à travers le monde.

Ses nombreuses qualités lui valent notamment le statut de compagnon de famille idéal. C’est d’ailleurs l’une des races les plus répandues sur le globe.

Un chien aux multiples qualités

Doux, joueur, enjoué, intelligent : la liste est longue lorsqu’il est question d’énumérer les qualités qui font du Labrador un charmant compagnon de vie. Doté d’un bon caractère, l’animal se veut très fidèle envers l’homme et justifie d’une capacité d’adaptation certaine.

Mais ce n’est pas tout. Si le dévoué quadrupède possède un grand nombre de qualités, elles ne se cachent pourtant pas qu’au niveau de ses traits de personnalités.

Pour la plus grande joie de l’homme, le Labrador détient également des atouts d’ordre physique. Très bon nageur, le chien possède un excellent odorat, en complément de sa surprenante mémoire visuelle.

Une fois toutes ses qualités réunies, le Labrador s’avère être un parfait élément au cours d’activités comme notamment la chasse dans les marais. Très apprécié en tant que « chien de travail », le Labrador se veut très efficace en qualité de chien d’assistance aux handicapés ou encore chien de secours.

La santé et l’alimentation du Labrador

Une alimentation équilibrée

Le Labrador, lorsqu’il n’est encore qu’un chiot, grandit de manière conséquente en assez peu de temps. En effet, le chiot fait déjà 80 % de son poids de chien adulte une fois arrivé vers les 8 à 9 mois d’existence. Ainsi, l’alimentation est un élément à prendre très sérieusement en considération, pour garantir une croissance correcte et efficace.

Les croquettes sont vivement recommandées : pendant ses six premiers mois, le chiot mange trois fois par jour. Au-delà, les repas tombent à deux par jour seulement, à donner à des heures les plus fixes possibles.

Les quantités sont à adapter en fonction du poids et de l’activité de votre chien, tout en sachant que le Labrador se doit de toujours posséder cette apparence assez « rondelette » puisqu’il est dans sa nature de « s’habiller » d’une couche de gras significative sous la peau.

Une santé à surveiller

Le Labrador est naturellement « grassouillet ». Ainsi, il est primordial d’équilibrer son alimentation et de lui faire pratiquer un exercice physique régulier. Dans le cas contraire, il peut facilement présenter des problèmes aux articulations, comme une dysplasie de la hanche ou bien du coude.

Il est également courant de rencontrer des problèmes aux niveaux des yeux de l’animal comme une dysplasie rétinienne, une atrophie rétinienne ou encore des cataractes.

De plus, notez qu’il faut régulièrement surveiller une possible torsion ou un gonflement gastrique : si l’animal présente de tels soucis et qu’il n’est pas traité, l’issue pourrait être désastreuse, voire même fatale.

Le mode de vie du Labrador

Son éducation

Le Labrador a besoin de servir, d’aider, c’est dans ses gênes et donc dans sa nature. Il est à noter que les chiots de ce type de race sont parfois agités, voire même trop… Pour les chiots turbulents, aportez-leur de l’attention et apprenez-leur des règles de conduite, ils se feront un plaisir de les intégrer par le jeu, qui les aide à apprendre plus facilement.

Son quotidien

Le Labrador sait s’adapter aux environnements dans lesquels il est plongé. Chien de travail comme chien de compagnie, le toutou préféré des cynophiles conviendra à tous les types de familles. Son bon caractère le rend très calme et patient avec les enfants, bien qu’il faille évidemment toujours garder un oeil sur la situation, quel que soit l’animal.

Très actif et avide d’exercice physique, le Labrador à besoin de se dépenser. S’il est donc assez facile à vivre, qu’il vive en ville ou bien en campagne, pensez tout de même à l’emmener gambader à travers de grands espaces pour qu’il puisse se défouler.

Le standard

Le standard constitue une certaine base de notation pour les jurys de concours.

En effet, le standard d’une race regroupe toutes les caractéristiques morphologiques, physiques et comportementales du spécimen « type ». Ainsi, l’animal correspondant au standard représente le « modèle » réunissant les critères de base qui permettent de définir les spécimens de la race en question.

  • L’aspect général : le Labrador standard est considéré comme étant « charpenté ». Très actif au niveau comportemental, il présente un rein assez court sur le plan physique ainsi qu’un crâne plutôt large. De son côté, la poitrine est assez basse et les côtes sont cintrées à l’image d’un tonneau et le thorax est large et puissant

Le comportement et caractère

Comme dit plus haut, le Labrador a réellement bon caractère et présente une agilité évidente. En plus d’être naturellement doté d’un excellent odorat, le Labrador possède une particularité considérable : il a la « dent douce ».

Cela signifie qu’il est capable de contrôler la puissance de sa mâchoire pour ne pas casser ce qu’il a dans la bouche. Cela s’avère très utile notamment au cours des activités de chasse puisqu’il est capable, contrairement à beaucoup d’autres chiens, de ne pas abîmer le gibier qu’il attrape.

Fidèle, dévoué, docile et intelligent, le Labrador possède également de véritables aptitudes pour la natation et sait s’adapter facilement. Pas du tout agressif et très amical, il aime à faire plaisir aux gens qui l’entourent. Le Labrador standard ne doit pas être trop craintif.

La tête du Labrador

Le crâne du Labrador standard est large et plutôt bien dessiné. Les joues ne sont pas épaisses et le stop – c’est-à-dire la fin du museau jusqu’au front – est assez prononcé.

La région faciale

  • La truffe se veut large et les narines bien ouvertes.
  • Le museau, assez puissant, ne doit pas présenter de défaut du type « museau en sifflet ».
  • Les mâchoires sont d’une longueur moyenne et sont dotées de dents puissantes avec un élégant articulé en ciseaux. C’est-à-dire qu’il faut que les incisives supérieures soient capables de recouvrir les incisives inférieures en s’assurant d’un contact étroit.
  • Les yeux sont de dimensions relativement moyennes, le regard doit exprimer le bon caractère de l’animal et témoigner de son intelligence. Leur couleur vire vers le marron ou le noisette.
  • Les oreilles sont de taille moyenne également, elles ne sont ni trop grandes ni trop petites et ne sont pas lourdes pour autant, bien qu’elles tombent sur les côtés du crâne du chien.

Concernant le cou, celui du Labrador se veut solide, puissant et bien prononcé. Il s’insère au niveau des épaules.

Le corps du Labrador standard

  • Le dos du Labrador est court, bien que musclé et tendu. La ligne située sur le dessus est parfaitement horizontale.
  • Le rein apparaît large, mais également court et puissant.
  • La poitrine est bien développée, large et descendue. Les côtes apparaissent correctement cintrées. Ces critères ne doivent pas résulter d’un excès de poids observé chez l’animal.
  • La queue, de longueur moyenne, constitue un élément significatif chez le Labrador. Plutôt épaisse à la naissance, elle s’effile de manière progressive jusqu’à son extrémité. Elle « s’habille » d’un poil court et dense, mais également épais, et ne dispose pas de grange. Ainsi, cette queue originale s’est vue octroyer le joli surnom de « queue de loutre ». Toutefois, elle ne doit être retrouvée courbée sur le dos du chien.

Les membres du Labrador

Les membres antérieurs paraissent droits, allant du coude jusqu’aux extrémités conduisant au sol.

Les membres antérieurs

  • Les épaules apparaissent longues et obliques.
  • Les avant-bras sont droits et justifient d’une bonne ossature.
  • Les pieds antérieurs sont plutôt ronds et compacts. Les doigts doivent être correctement cambrés et les coussinets étendus et développés.

Les membres postérieurs

  • La croupe ne doit pas descendre en direction de la queue du chien.
  • Le grasset, ce qui constitue le genou de l’animal, est correctement angulé.
  • L’articulation en pointe du jarret est suffisamment descendue. Les jarrets de chaque membre postérieur se doivent d’être suffisamment écartés, ainsi, les chiens aux « jarrets de vache », c’est-à-dire trop serrés, sont exclus.
  • A l’image des antérieurs, les pieds postérieurs sont ronds et compacts. Les doigts apparaissent correctement cambrés et les coussinets développés.

L’allure du Labrador standard

L’allure du Labrador est robuste mais dégagée. Les membres antérieurs et postérieurs s’actionnent de manière à rester parallèles à l’axe du corps de l’animal.

Sa peau et sa robe

Le Labrador se décline en plusieurs couleurs. Son poil, quant à lui, reste toujours court et dense.

La qualité du poil du Labrador

Le Labrador dispose d’une robe bien à lui. Avec sa quantité de poils courts et à la densité certaine, il ne dispose pas de franges, ni d’ondulations observées sur le pelage. Au toucher, ses caractéristiques donnent une impression de poils rêches. Le sous-poil de l’animal lui permet de mieux résister aux intempéries.

La couleur du poil

La robe du Labrador peut être de trois couleurs distinctes : soit complètement noire, soit jaune aux tons allant du crème clair jusqu’au roux, ou bien marron dans les tons chocolat. La présence d’une petite tache blanche sur le poitrail est tolérée.

La taille et le poids

La hauteur idéale au garrot se situe entre 56 et 657 centimètres pour les mâles, et entre 54 et 56 centimètres pour les femelles.

Le poids d’un Labrador se situe généralement entre les 30 et les 35 kilogrammes pour les mâles, et 30 à 33 kilogrammes pour les femelles.

Les défauts

Si le chien présenté ne se retrouve pas dans les caractéristiques précédemment évoquées, tout écart sera considéré comme un défaut. Cependant, les pénalités octroyées dans le cadre des concours dépendent du défaut et des conséquences qu’il entraîne chez l’animal et sur sa santé.

Les défauts qui peuvent entraîner l’exclusion

  • Si le chien est trop peureux ou agressif
  • Si des anomalies d’ordre physique ou comportemental sont retrouvées, l’animal est exclu

De plus, les testicules des Labrador mâles se doivent d’être « d’aspect normal », c’est-à-dire qu’ils faut qu’ils soient bien et complètement descendus dans le scrotum.

La reproduction n’est autorisée qu’entre des chiens considérés comme sains et dont la morphologie correspond au standard de la race. Le chien doit également être tout à fait capable et en mesure d’accomplir les missions qui lui sont spécialement confiées.

Le prix / coût d’un Labrador

Pour se voir accompagner d’un Labrador au quotidien, il faut débourser entre 600 et 1 000 euros. Il peut également arriver que certains propriétaires ou éleveurs cèdent les chiots à un prix plus élevé encore.

Pour ce qui est du coût lié à la santé de l’animal, il faudrait compter environ 100 euros à l’année de dépenses en vaccins. Pour le vermifuge, comptez une centaine d’euros durant les premières années du chiot et réduisez le coût à seulement quelques dizaines d’euros à l’année pour un chien adulte.

Les dépenses en nourriture varient évidemment selon l’animal, son poids, son âge et son activité. Disons alors qu’il faut prévoir un budget compris entre 400 et 600 euros à l’année pour des sacs de croquettes de plusieurs kilos.