Chien / Chiot Cane Corso : prix, caractère & conseils éducation / santé

La race de chien du jour : massif et puissant, le « Cane corso », ou Chien de cour italien, impressionne aussi bien par sa carrure que par son caractère empli de douceur. Mais qui est-il réellement ? On fait le point !

L’histoire du Cane Corso

De la Rome antique à nos jours

Le cane corso tire son origine de la Rome antique. Son ancêtre direct, « Canis Pugnax », faisait le bonheur des familles aisées de la république romaine, qui s’offraient la compagnie du chien pour garder la maison en toute sécurité.

En effet, le molosse d’antan faisait office de chien de garde, de protecteur mais ce n’est pas tout. Ses services ont également trouvé leur utilité au sein des légions romaines de l’Empire, en tant que véritable « chien soldat ».

Un chien à la ferme réputation de protecteur

Au fil du temps, si la condition du chien a évolué, sa réputation, elle, est restée intacte. Le Cane Corso traîne depuis des siècles cette image de protecteur derrière lui. Aujourd’hui, sa carrure massive et très puissante lui permet encore de faire office de gardien pour les foyers en mal de sécurité.

Sa fiche d’identité

Un chien aux mensurations hors-norme

Le Cane corso, répondant également au nom de « Chien de cour italien », appartient à la section 2.1 – dans laquelle sont également classé des chiens comme le Bulldog, le Shar Pei ou encore le Dogue argentin – du groupe 2 réunissant des chiens comme le Pinscher, le bouvier suisse, le Schnauzer ou encore les animaux du type molossoïdes.

Il s’agit alors d’un chien à l’allure imposante et plutôt impressionnante de par sa puissance incontestée. Pour un poids allant de 45 à 50 kg pour les mâles, contre tout de même 40 à 45 kg pour les femelles, le Cane corso se veut solide et vigoureux. Tous muscles dehors, il aime à se balader à l’allure du trot, qui lui donne une élégance certaine.

Le caractère contrasté du Cane Corso

Le Cane corso est réputé pour être assez calme et plutôt méfiant. Protecteur, vif et dominant, le Cane corso se veut également affectueux avec ceux qui l’entourent. Très fidèle à ses maîtres, l’animal n’hésite pas une seule seconde quand il est question de défendre sa famille.

La santé et l’alimentation du Cane Corso

Son Alimentation

Comme pour toutes les races, les portions de nourriture s’octroient en fonction de l’âge, du poids, de la taille de l’animal mais également de son niveau d’activité physique, sans oublier son état de santé.

Pour ce qui concerne le Cane corso, lorsqu’il n’est encore qu’un chiot, il est important de privilégier des aliments très énergétiques, spécialement conçus pour les chiens de race géante.

En effet, le Cane corso fait partie de ces chiens de grande taille dont la croissance est plutôt longue – le chiot va continuer de constituer son squelette ainsi que sa musculature jusqu’à ses 24 mois – et très importante, puisque l’animal va multiplier son poids de naissance par 80, voire même 100.

Ainsi, des croquettes spéciales croissance sont idéales pour ces chiots dont la croissance est déterminante pour leur santé future. Les chiots Cane corso mangeront donc trois à quatre fois par jour. Pour un chien adulte sain et sans problèmes spécifiques, il faut compter environ 500 g de croquettes chaque jour.

Le chien aime à manger seul, dans un coin calme qui lui est réservé au moment des repas. Ces derniers doivent être donnés aux mêmes heures, chaque jour. L’eau doit être trouvée en abondance, pour que le chien n’en manque jamais. Toutefois, il est important de surveiller qu’il n’en consomme pas de manière excessive. Si tel était le cas, allez consulter un vétérinaire.

La santé du Chien de cour italien

La longévité de l’animal va généralement de 10 à 12 ans. De plus, à l’instar d’un grand nombre de chiens massifs et volumineux, le Cane corso peut être atteint d’une dysplasie de la hanche à un certain moment de sa vie. Ménagez-le avant et après les repas pour prévenir les problèmes de dilatation et de torsion de l’estomac.

Du côté de son poil, comme il est très court, il ne nécessite que très peu d’entretien. Il est simplement nécessaire de le brosser de temps en temps et surtout en période de mue.

Son mode de vie

L’éducation du Cane corso

Comme pour tous les chiens « volumineux » et dominants de ce type, il est important pour le ou les maîtres d’imposer leur loi et de clarifier le rôle de chacun au sein de la hiérarchie familiale.

Si le Chien de cour italien accepte les enfants, il est toutefois important de rappeler qu’il peut présenter un caractère peureux et plutôt sensible, ce qui en fait un chien parfois réservé.

Ainsi, il faut habituer le chien le plus tôt possible aux enfants et apprendre à ces derniers à ne pas l’embêter et à lui laisser son espace. Pour plus de précautions, ne laissez jamais le chien seul en présence d’enfants sans surveillance.

Son quotidien

Réputé comme étant un chien « facile à vivre », le Cane corso s’adapte facilement. Ainsi, si la maison avec jardin est évidemment préférée à la vie sans extérieurs privés, il est tout à fait possible d’habituer son chien à la vie citadine.

Le Chien de cour italien a un grand besoin de courir et se défouler. Ainsi, il est important de le promener régulièrement, dans de grands espaces où il sera possible pour lui de batifoler. Les premières années du chien sont d’ailleurs importantes en ce sens : il a besoin de se dépenser et de canaliser toutes l’énergie dont il est submergé.

Pour ce qui concerne la cohabitation avec d’autres petits compagnons de type bestial, sachez qu’elle est tout à fait possible. Pour autant, à l’instar des enfants, il faut savoir habituer son Cane corso à la présence d’autres animaux, le plus tôt possible pour qu’il puisse s’y acclimater.

Le standard

Le standard d’une race réunit toutes les caractéristiques, aussi bien morphologiques que comportementales, observées chez le spécimen type appartenant à la race en question.

Avec cette fiche descriptive, du physique au mental de l’animal, permet alors de déterminer les critères de base définissant précisément les contours de la race dont on parle. Ainsi, lors des concours d’exposition canine, le jury base ses notes et appréciations en fonction du standard de la race de l’animal.

  • L’aspect général : le Cane corso « standard » doit être de taille moyenne ou grande. L’animal se doit d’être rustique et robuste avec des muscles fins et puissants, tout en conservant une élégance naturelle.
  • Les proportions : La longueur du chien doit être légèrement supérieure à sa hauteur, d’environ 11 %, ce qui lui donne un aspect rectangulaire. De son côté, la longueur de la tête doit être à 36 % de la hauteur au garrot.
  • Le comportement et le caractère : les valeurs de protecteur et de gardien que l’on prête au Cane corso depuis la nuit des temps doivent lui assurer une agilité et une réactivité accrues.

La tête du Cane corso standard

La tête de l’animal se doit d’être à l’image de la tête de tous les chiens de type molossoïdes : on doit y retrouver une convergence des axes longitudinaux supérieurs du crâne ainsi que du chanfrein, c’est-à-dire la partie antérieure, juste au-dessus de son nez. La fédération cynologique internationale précise bien qu’il ne doit pourtant pas y avoir de rides.

Au niveau de la région crânienne, on note une largeur évidente aux arcades zygomatiques. La largeur du crâne doit être équivalente à sa longueur. Massif et bombé vers l’avant, l’aplatissement de la région iranienne s’observe du front jusqu’à l’occiput, c’est-à-dire la partie postérieure et inférieure de la tête.

De plus, un sillon prononcé au milieu du front doit être retrouvé chez le Cane corso, allant du stop – la terminaison du museau, rejoignant le front – jusqu’au centre du crâne. Le stop, quant à lui, doit être bien prononcé.

La région faciale

  • Tout d’abord, la truffe doit être située au même niveau que le chanfrein et doit être d’une couleur bien noire, sauf pour les spécimens dont la face vire aux tons grisâtres et où la couleur équivalente de la truffe est acceptée. Noire mais également volumineuse : cette truffe se doit d’être dotée narines considérables et grandes ouvertes.
  • Le museau, aussi large qu’il est long, est considéré comme puissant, légèrement plus court en comparaison au crâne – à hauteur de la moitié de la longueur de la tête – et surtout, il doit être d’une forme carrée. Alors que sa zone antérieure est plate, les côtés sont parallèles les uns par rapport aux autres. Toutes ces caractéristiques donnent au chanfrein un aspect rectiligne et une impression de profondeur lorsqu’il est observé de profil.
  • Les lèvres supérieures doivent former un « U » inversé lorsqu’on les regarde de face. Vues de côté, elles sont légèrement pendantes, ce qui leur permet de recouvrir la mandibule, la partie inférieure de la mâchoire.
  • Les mâchoires sont massives et puissantes, à l’image du Cane corso dans son ensemble. Larges et plutôt épaisses, les branches mandibulaires sont légèrement incurvées. Le prognathisme de la mâchoire inférieure se veut léger et n’excède pas les 5 mm. S’il n’est pas principalement attendu ni recherché, l’articulé régulier est toutefois toléré.
  • Au niveau des joues, si la région massétérique – qui inclue le grand zygomatique qui s’étend de l’oreille jusqu’à la commissure des lèvres – doit être clairement apparente, elle ne soit pas être saillante pour autant.
  • Les yeux doivent être de taille moyenne et de formes quasiment ovales. Normalement écartés bien installés au niveau du front, les yeux sont munis de paupières qui s’adaptent correctement à la forme du globe oculaire. En adéquation avec la couleur de la robe du chien, l’iris est assez foncé. Chez le Cane corso, on parle d’un regard qui se veut intelligent mais également attentif.
  • Les oreilles sont triangulaires, de taille moyenne et relativement tombantes. Non coupées, ces oreilles témoignent d’une certaine largeur dans leur zone de point d’attache qui se trouve légèrement plus haut que les arcades zygomatiques.

Pour ce qui est du cou, il se veut simplement puissant mais également musclé. Pour finir, il doit être d’une longueur équivalente à celle de la tête.

Le corps du Cane corso standard

  • Le tronc de l’animal standard est d’une longueur légèrement supérieure que la hauteur au garrot.
  • Le garrot doit être bien apparent, sorti et plus haut que la croupe.
  • Le dos du Cane corso est droit, musclé et témoigne d’une puissance certaine, à l’instar des autres membres de son organisme.
  • Le rein apparaît solide et plutôt court.
  • La croupe est longue mais également large, bien que sensiblement oblique.
  • La poitrine est apparente, développée et descend jusqu’au coude.
  • La queue est naturelle, en hauteur et d’une envergure considérable et épaisse au niveau de la racine. Pour autant, si la queue se redresse vers les hauteurs lorsque l’animal est en action, elle ne doit toutefois pas être enroulée, ni apparaître complètement relevée.

Les membres du Chien de cour italien

Les membres antérieurs

  • Les épaules sont longues, encore une fois très musclées et obliques.
  • Les bras sont puissants, comme le restant.
  • Les avant-bras sont également forts et droits.
  • L’articulation du carpe (l’équivalent de notre poignet) est souple.
  • Le métacarpe apparaît souple également et sensiblement oblique.
  • Les pieds antérieurs adoptent la forme des pieds de chat.

Les membres postérieurs

  • La cuisse se doit d’être longue et plutôt large et dont le profil postérieur apparaît bombé.
  • La jambe est puissante, sans donner l’impression d’être charnue pour autant.
  • Le grasset, soit le genou du chien, est solide et quelque peu angulé.
  • Le jarret est également sensiblement angulé.
  • Le métatarse, soit l’ensemble des os constituant la patte arrière de l’animal, est épais et sec.
  • Les pieds postérieurs, quant à eux, sont sensiblement moins compacts, en comparaison aux pieds antérieurs.

L’allure du Cane corso standard

Les foulées de l’animal apparaissent comme longues et le trot, l’allure favorite pour ce type de chien, se veut plutôt allongé.

La peau et la robe

Le Cane corso dispose d’une peau assez épaisse qui adhère correctement à son corps puissant.

La qualité du poil

Pour ce qui est de la robe, la qualité du poil s’inscrit comme l’un des éléments essentiels. Le poil se veut abondamment fourni, court et d’un éclat brillant. Le sous-poil doit être terne et plutôt fin.

La couleur du poil

La robe du Cane corso apparaît généralement plutôt foncée et reste dans une palette de ton assez peu étendue. Noir, gris-ardoise, gris-plomb, gris clair, rouge-cerf, fauve clair, fauve foncé ou encore bringé (c’est-à-dire une robe dotée de rayures discontinues aux couleurs différentes), le coloris du pelage peut facilement varier.

Cependant, pour les spécimens aux couleurs fauves ou bringées, le manque aux nuances noires ou grises du museau est toléré mais ne doit pas excéder la ligne des yeux. La présence de taches blanches est acceptée lorsqu’elles sont placées sur la poitrine, le chanfrein ou bien le bout des doigts.

La taille et le poids

La hauteur au garrot est comprise entre 64 et 68 cm pour les mâles, et entre 60 à 64 cm pour les femelles. Seuls 2 cm de plus ou de moins seront tolérés.

Pour le poids, les mesures doivent se trouver entre les 45 et 50 kg pour les mâles, et entre 40 et 45 kg pour les femelles, tout en sachant que le poids dépend de la taille de l’animal.

Les défauts

Si votre chien ne rentre pas dans le cadre des caractéristiques précédemment évoquées, tout écart observé sera considéré comme étant un défaut. Cependant, les pénalités données en concours dépendent du défaut lui-même et de sa « gravité ».

Les défauts graves

Dans la liste des défauts graves, se trouvent notamment :

  • Un articulé en ciseau ou si le prognathisme est inférieur de plus de 5 mm
  • Une dépigmentation partielle de la truffe du chien
  • Les axes du chanfrein ainsi que du crâne sont parallèles ou bien très convergents
  • Une queue observée à la verticale ou bien enroulée
  • Lors du trot, le chien va à l’amble : c’est-à-dire qu’il lève deux pattes qui sont du même côté, en même temps
  • Le chien est trop grand, ou trop petit
  • Le chien dispose d’un ergot

Les défauts qui peuvent conduire à l’exclusion

Si certains défauts semblent « tolérés », il en existe toutefois une liste qui comporte ceux qui peuvent conduire à l’exclusion de l’animal du concours en question.

En effet, s’il est observé que certaines caractéristiques peuvent comporter un risque pour la santé de l’animal, son bien-être ou bien qu’elles peuvent l’empêcher de mener à bien ses actions, alors elles peuvent conduire à l’exclusion. Ces défauts sont les suivants :

  • Si le chien présente un caractère peureux ou agressif
  • Si des anomalies d’ordre physique ou comportemental sont observées, l’animal est disqualifié
  • Présence d’une divergence des axes crânio-faciaux
  • Si la dépigmentation de la truffe est totale
  • Si le chanfrein est concave ou bien convexe
  • Si le prognathisme est supérieur
  • Si une dépigmentation totale ou même partielle des paupières est observée
  • Si le chien présente une anourie, c’est-à-dire une absence de queue, ou bien une brachyourie, soit une queue anormalement courte
  • Si le poil est semi-long, s’il est ras ou bien s’il comporte des franges
  • Si la couleur de l’animal n’est pas de celles prévues par le standard ou bien si le pelage présente de larges tâches blanches

Il est également important de préciser que les testicules des mâles doivent impérativement être d’un « aspect normal », c’est-à-dire qu’elles soient descendus dans le scrotum. De plus, la reproduction n’est autorisée qu’avec des chiens sains dont la morphologie correspond au standard type et qui sont habilités à accomplir les missions pour lesquelles ils ont été choisis.

Le prix / coût d’un Cane Corso

Le coût de ce chien massif et élégant se situe en général entre les 800 et les 1 500 euros. Le budget mensuel qu’entraîne la présence de l’animal se trouve entre 60 et 110 euros par mois en moyenne.

Chien / Chiot Cane Corso : prix, caractère & conseils éducation / santé
4 (80%) 2 votes