Chien / Chiot Colley Poil Long : prix, caractère & conseils éducation / santé

La race de chien du jour : le Colley à Poil Long est remarquable non seulement par sa grande beauté mais également par ses traits de caractère exceptionnels. Mais alors, d’où vient ce chien de berger à l’aspect aussi élégant qu’équilibré ?

D’où vient-il ?

Un très ancien chien de berger

Classé dans la section 1 – regroupant les chiens de berger – du groupe 1 – réunissant les chiens de berger et de Bouvier (sauf chiens de bouvier suisses) – le colley à poil long est également appelé Berger écossais.

Tout droit venu d’Écosse, l’animal était autrefois sollicité pour rassembler et conduire les troupeaux de bétail. C’est en 1881 que le tout premier club de la race – nommé comité du Collie Club – aura été créé, établissant alors les premiers standards du colley à poil long ainsi que du colley à poil court.

Une race comparable à deux de ses cousines

Autrefois assez proche de la race du border collie, qui s’inscrit également sur la liste des chiens de berger, le colley à poil long (Rough collie) comporte de nettes ressemblances avec deux de ses cousins, c’est-à-dire le colley à poil court (Smooth collie) et celui que l’on considère comme étant un « colley nain ».

Pour autant, il s’agit là de trois races différentes. Si le colley à poil court (Smooth collie) n’a de différent que la robe et l’épaisseur de son pelage, le « colley nain », lui, n’est en rien la « miniature » du colley mais bien un berger des Shetlands aussi nommé Shetland ou même Sheltie.

Sa fiche d’identité

Un chien mis en lumière pour son caractère remarquable

Si le colley à poil long semble être véritablement sorti de l’ombre au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, il n’aura pas tardé à faire l’unanimité sur le territoire outre-manche. En effet, la reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande Victoria s’est prise d’affection pour cette somptueuse race.

Si le colley est également apparu en France à la fin du XIXe siècle, c’est véritablement dans les années 80 que la race a vu sa cote de popularité grimper en flèche : le personnage de Lassie, la célèbre chienne à la robe zibeline, a permis de populariser l’image du chien de berger.

Son caractère

Le colley à poil long semble réunir toutes les caractéristiques du compagnon idéal : aussi agréable avec les adultes qu’avec les enfants, ce chien peut tantôt témoigner d’une grande et joyeuse excitation lorsqu’il joue, tantôt déborder d’une immense douceur empreinte d’affection lors d’une séance de câlin avec les enfants.

Vif et amical, il s’adapte à toutes les situations. De plus, le colley est très fidèle et protecteur avec ses maîtres qu’il affectionne grandement, il sait donc aussi se montrer vigilant et observateur quand il le faut, ce qui fait de lui un bon gardien.

La santé et l’alimentation

Une alimentation équilibrée

Le jeune colley, durant les premiers mois de sa vie, voit sa dose de nourriture quotidienne fractionnée en 3 ou 4 rations. Passés les 6 mois, les repas du chiot ne sont plus qu’au nombre de deux par jours : si la fréquence de remplissage de gamelle à diminué, les quantités en elles-mêmes auront augmenté pour assurer la bonne croissance du chiot. Arrivé à l’âge adulte, l’animal se contentera naturellement des croquettes pour chien adulte et de taille moyenne.

La santé du colley à poil long

Grâce à son pelage fourni, l’animal résiste assez bien aux basses températures ainsi qu’aux intempéries. Bien que robuste et assez solide, le colley présente toutefois quelques prédispositions naturelles à certaines pathologies comme l’épilepsie, le Colobome de l’Iris, l’entropion ou encore la dermatomyosite canine. L’espérance de vie d’un colley à poil long se trouve en moyenne entre 8 et 12 ans.

Hygiène et entretien

Du fait de son pelage fourni de longs poils, il est nécessaire de brosser votre colley à hauteur d’une à deux fois toutes les semaines. Cependant, lorsque l’animal entre en période de mue, le brossage doit alors se faire quotidiennement.

Ces mues, durant lesquelles le colley se débarrasse naturellement du sous-poil ainsi que d’une partie du poil de couverture, se font deux fois par an. Pour les femelles, la mue survient environ 4 mois après la survenue de ses chaleurs et une mue dite « délabrante » s’effectue après chaque portée.

Le mode de vie

Son éducation

Le colley à poil long fait généralement partie des chiens les plus faciles à éduquer. L’éducation doit être aussi ferme qu’elle peut parfois être douce et, ce, dès son plus jeune âge.

En effet, n’hésitez pas à imposer des règles strictes à votre chien, tout en mêlant le jeu et la douceur à son apprentissage : le colley est intelligent et veut vous faire plaisir, s’il est correctement guidé, il sera donc bien éduqué.

Son quotidien

Le colley est tout à fait capable de s’adapter aux divers lieux de vie : de la maison avec jardin, à l’appartement de ville, la seule condition pour assurer le bien-être de votre animal, c’est de l’entretenir régulièrement et de lui donner l’occasion de pratiquer une activité physique quotidienne. En effet, il ne faut pas oublier qu’à l’origine le colley à poil long était un chien de travail.

Il est vif et très actif, il a donc un grand besoin de se dépenser. S’il est toujours partant pour une bonne sieste dans un confortable canapé ou de séances câlins avec les enfants, des séances d’activités et de jeux sont également primordiales pour qu’il puisse se défouler à son aise.

Le standard

Le standard regroupe les critères de notation des jurys lors des concours. Le standard d’une race rassemble les diverses caractéristiques physiques, morphologiques et comportementales du spécimen faisant office de « modèle ». L’animal répondant à l’ensemble des caractéristiques représente le « standard » de base qui va alors définir le restant des chiens de la race.

Le comportement et caractère

Le colley à poil long s’avère naturellement amical. Ni craintif, ni même agressif, il représente un chien de compagnie idéal. Très actif, joyeux et bien aimable, le colley se comporte correctement qu’il soit face à des enfants ou bien à d’autres chiens.

La tête du colley à poil long

Les caractéristiques propres à la tête de l’animal sont d’une importance considérable et se doivent d’être examinées par rapport à la taille du spécimen. Lorsqu’elle est observée de face ou bien de profil, la tête prend la forme d’un coin correctement dessiné et tronqué très nettement avec un contour assez lisse.

Les côtés de la tête observent une diminution progressive et sans heurt en partant des oreilles jusqu’à l’extrémité de la truffe bien noire de l’animal. Le point placé à égale distance des commissures internes des yeux, et qui constitue le centre du stop qui s’avère bien placé, représente le centre de la médiane de la tête.

La hauteur du crâne, dont la mesure débute de l’arcade sus-orbitaire jusqu’à la région sous-maxillaire, ne doit en aucun cas être excessive.

La région crânienne

  • Le crâne : il apparaît plat.
  • Le stop : il se veut léger mais reste perceptible.

La région faciale

  • La truffe : elle doit, dans tous les cas, être de couleur noire.
  • Le museau : la surface à l’extrémité du museau est lisse et se veut correctement arrondie. Elle est tronquée mais toutefois jamais carrée. Le museau ne doit pas être pincé.
  • Les mâchoires/dents : les dents sont d’une taille normale et correcte. La mâchoire inférieure se veut forte et franchement dessinée. Les mâchoires sont fortes et doivent présenter un articulé en ciseaux net, complet et régulier. Les incisives supérieures doivent ainsi recouvrir les incisives inférieures dans un contact étroit et doivent être implantées d’équerre par rapport aux mâchoires.
  • Les joues : les zygomatiques ne doivent pas être saillantes.
  • Les yeux : ils représentent l’une des caractéristiques les plus importantes puisqu’ils donnent au colley l’expression de douceur qu’on lui reconnaît. De dimensions moyennes (ils ne doivent en aucun être très petits), les yeux sont disposés de façon sensiblement oblique. Ils apparaissent en forme d’amande et portent la couleur brun foncé, excepté chez les colleys bleus merle qui, eux, ont les yeux (soit un œil, soit les deux yeux ou même une simple partie de l’un ou des deux yeux) généralement de couleur bleue ou bien tachés de bleu. L’expression du regard se veut plein d’intelligence et, lorsque l’animal est attentif, le regard est éveillé et assez vif.
  • Les oreilles : assez petites et pas excessivement rapprochées au niveau du sommet du crâne, les oreilles ne sont pas non plus trop écartées. Lorsqu’elles sont au repos, les oreilles sont portées plutôt en arrière. Lorsque l’anima est attentif, les oreilles sont ramenées vers l’avant et apparaissent semi-dressées : l’oreille se veut dressée à hauteur environ de ses deux premiers tiers alors que le tiers supérieur est naturellement tombant vers l’avant, en dessous de l’horizontale.

Le cou

Il se veut musclé et même puissant. Le cou du colley à poil long doit être de bonne longueur et apparait correctement galbé.

Le corps

Le corps apparaît un peu long par rapport à la hauteur au garrot de l’animal.

  • Le dos : il se veut correctement soutenu.
  • Le rein : il apparaît sensiblement vouté.
  • La poitrine : plutôt large derrière les épaules, la poitrine est assez haute et les côtes se veulent correctement cintrées.

La queue

La queue du colley à poil long se veut longue. Les vertèbres caudales parviennent au moins jusqu’à l’articulation du jarret. La queue est portée assez bas lorsque le colley est calme, bien que son extrémité apparaisse sensiblement relevée en courbe. Lorsque l’animal est en mouvement, la queue peut être portée gaiement mais elle ne doit en aucun cas se trouve sur le dos.

Les membres

Les membres antérieurs

  • Les épaules : elles apparaissent obliques et sont correctement angulées.
  • Les coudes : ils ne doivent être ni sortis, ni même rentrés.
  • Les avant-bras : ils se veulent musclés et bien droits. Les os doivent être ronds et développés de façon modérée.
  • Les pieds antérieurs : ils adoptent une forme ovale et possèdent de bons coussinets. Les doigts apparaissent cambrés et bien serrés.

Les membres postérieurs

  • Les cuisses : elles apparaissent musclées.
  • Les grassets : ils doivent être bien coudés.
  • Les jambes : elles se veulent correctement dessinées et bien musclées.
  • Les jarrets : puissants, les jarrets sont également bien descendus.
  • Les pieds postérieurs : ils adoptent une forme ovale et possèdent également de bons coussinets. Les doigts se veulent correctement cambrés et bien serrés. Les pieds postérieurs, eux, se veulent sensiblement moins cambrés.

L’allure du colley à poil long

L’allure du colley à poil long est caractéristique de la race. Un colley qui possède de bonnes allures ne doit en aucun cas avoir les coudes sortis. Cependant, lorsqu’il est en mouvement, ses pieds antérieurs se veulent relativement rapprochés. L’animal ne doit ni « tricoter », ni croiser, ni même rouler dans ses allures.

Lorsqu’ils sont observés de derrière, les membres postérieurs – qui vont de l’articulation du jarret jusqu’au sol – apparaissent parallèles mais toutefois pas trop serrés. Les membres postérieurs se veulent puissants et donnent leur lot d’impulsion.

Lorsque l’animal est vu de profil, l’allure apparaît unie. Le pas raisonnablement long est recherché. Il doit témoigner d’une certaine légèreté tout en paraissant facile. Une construction générale correcte est primordiale.

Sa peau et sa robe

La qualité du poil

Extrêmement dense, le poil s’adapte aux contours de l’animal, qu’il épouse correctement. Le poil de couverture apparaît droit et plutôt dur au toucher. Le sous-poil se veut doux, assez serré (cachant presque la peau) et plutôt dense à l’image d’une fourrure. La crinière et le jabot se veulent très abondants.

Au niveau du museau, comme jusqu’à l’extrémité des oreilles, le poil apparaît lisse. Toutefois, la base de l’oreille est dotée d’une plus grande masse de poils. Les membres antérieurs apparaissent pourvus de franges. Sur les membres postérieurs, les franges se veulent abondamment fournies au-dessus des jarrets, bien que le poil reste lisse sous les jarrets. Au niveau de la queue, le poil apparaît extrêmement abondant.

La couleur du poil

Il existe quatre types de robes : zibeline, zibeline et blanc, bleu merle et tricolore.

  • Zibeline : sont considérés comme tels les chiens aux pelages allant du ton doré clair jusqu’à l’acajou intense, en passant par le zibeline ombré. Cependant, les couleurs crème ou bien paille clair ne sont pas autorisées.
  • Tricolore : ici, la couleur noire est dominante et accompagnée de taches d’un feu net et vif aux niveaux des membres et de la tête. Les nuances rouille observées dans le poil de couverture ne sont pas recherchées.
  • Bleu merle : les tons clairs, bleu argenté, éclaboussé et marbré de noir sont prédominants. Les marques apparaissant d’un feu vif sont recherchées, bien que leur absence ne soit pas considérée comme étant un défaut. Les taches noires de taille considérable, la couleur ardoise ou bien la nuance rouille – aussi bien au niveau du poil de couverture que dans le sous-poil – ne sont pas autorisés.

Les couleurs précédemment évoquées doivent s’accompagner de marques blanches caractéristiques du colley, à un degré plus ou moins élevé. Les marques blanches tolérées sont les suivantes : lorsqu’elles sont observées sur le collier complet ou même partiel, sur le plastron, au niveau des membres, au niveau des pieds ainsi que sur l’extrémité de la queue.

La liste blanche observée sur le chanfrein ou bien sur la tête, ou même sur les deux, est autorisée. Les spécimens présentant un pelage entièrement blanc ou bien une couleur blanche prédominante ne sont vraiment pas désirés.

La taille et le poids

Chez le colley à poil long mâle, la hauteur au garrot se mesure à 56-61 centimètres. Pour le spécimen femelle, elle se trouve entre 51 et 56 centimètres.

Les défauts

Les défauts regroupent l’ensemble des caractéristiques anormales observées chez l’animal présenté. Tout écart, en comparaison avec le standard, sera classé comme faisant partie des défauts. Toutefois, les pénalités attribuées lors des concours dépendent directement du défaut observé ainsi que des conséquences qui y sont associées et qui peuvent mettre en péril la santé et le bien-être du spécimen.

Les défauts qui entraînent l’exclusion

  • Si l’animal est peureux ou même agressif.
  • Si des anomalies évidentes d’ordre comportemental ou même physique sont remarquées.

Les testicules du colley à poil long mâle doivent se présenter sous un « aspect normal » : ils se doivent d’être entièrement et correctement descendus dans le scrotum. La reproduction n’est autorisée qu’entre des spécimens sains et dont la morphologie s’apparente au standard de la race. Le chien doit également être en mesure d’accomplir les fonctions pour lesquelles il a été sélectionné.

Le prix / coût d’un colley à poil long

Pour le budget alimentation, prévoyez en moyenne 400 à 450 euros de croquettes par an.

Pour ce qui est du prix d’achat d’un colley à poil long, comptez entre 500 et 1200 euros pour un mâle et entre 800 et 1500 pour une femelle.

Chien / Chiot Colley Poil Long : prix, caractère & conseils éducation / santé
5 (100%) 6 votes